Infos santé sommeil




Quelques conseils pour faire dormir son enfant plus vite



Il est 20h30, vos enfants ont école le lendemain et ils sont tous déjà au lit en train de dormir paisiblement, la tête délicatement posée sur leur petit oreiller en cosses de sarrasin. N’avez-vous jamais rêvé que le coucher se déroule toujours de cette façon ? En effet, ce moment de la journée est souvent assez difficile pour les enfants et nombreux sont les foyers où celui-ci est un problème ; que ce soit parce que l’envie d’aller au lit n’est pas présente ou tout simplement parce que l’enfant a du mal à s’endormir. Ici nous vous livrons 5 conseils afin que cela se passe mieux.

L’endormissement : une routine





Les enfants ont besoin d’avoir un cadre de vie bien structuré et l’instauration d’une routine pour le coucher n’échappe pas à la règle. Ainsi, définissez un « emploi du temps » pour ce moment en ayant une heure définie pour chaque événement. Intégrez aussi une petite activité de pré- coucher qui pourra faire que l’enfant se réjouisse d’aller au lit : la lecture d’une histoire, une discussion prolongée ou juste un moment de tendresse par exemple sont autant d’idées à essayer. Cela créera une routine pour l’enfant et peut-être même y prendra-t-il du plaisir à respecter lui-même les horaires fixés.

Rupture technologique



Avec l’évolution technologique que nous connaissons, les écrans sont partout dans nos maisons et en vue de vos enfants (console de jeu, ordinateur, télévision, etc.). De nombreuses études ont démontré la nocivité des écrans pendant la période qui précède le sommeil. Par conséquent, un bon conseil pour un endormissement plus rapide de vos enfants est de les couper de cette attraction au moins 1h avant l’heure du coucher. La lecture d’un livre, d’une bande dessinée ou une activité manuelle (coloriage, dessin) remplacera judicieusement les écrans.

L’environnement



Voici un conseil qui pourrait tout aussi bien s’appliquer aux adultes. En effet, pour avoir un temps d’endormissement le plus court possible et un sommeil réparateur les conditions dans lesquelles nous dormons sont primordiales. Privilégiez une chambre à température plus fraîche que celle à laquelle nous sommes habitués (18 ou 19°C semble être la température idéale), bien aérée ainsi qu’un habillement ni trop léger ni trop chaud.

Pas de stress



Après le dîner, ne pratiquez aucune activité pouvant augmenter considérablement le niveau d’alerte de votre enfant. Privilégiez ainsi un environnement calme et de détente préparant ainsi l’enfant au sommeil. Après tout, qui a déjà réussi à s’endormir après une bataille de polochon ?

L’assurance



Afin que votre enfant s’endorme et reste dans son lit, soyez présent mais pas trop et surtout restez en contrôle. Si votre enfant sent que vous-même n’êtes pas dans un état d’apaisement il arrivera plus difficilement à, lui aussi, rester calme et à trouver le moyen de s’endormir. Lorsqu’il demande à se lever ou viens vous voir car il n’arrive pas à dormir, raccompagnez le à son lit et essayez de l’apaiser, de le rassurer et de bien lui montrer que vous êtes là pour lui et qu’il peut s’endormir sans crainte.






Tout savoir sur la sieste et comment en profiter



Aux origines de la sieste



La sieste désignait tout d'abord le repos pris en début d'après-midi, comme l'indique l'origine du mot: sexta, la sixième heure du jour. Elle a qualifié ensuite n'importe quelle période de sommeil n'incluant pas le sommeil nocturne. Sa pratique est encouragée culturellement dans un certains nombre de régions du globe, dans les pays chauds par exemple, car il n'est pas possible de travailler à des températures trop élévées lorsque le soleil est à son zénith, au Japon, pays dans lequel les entreprises aménagent même des espaces dédiés à cet effet, en Chine où la sieste est un droit du travailleur inscrit dans la constitution.

Sieste et sieste





Il existe plusieurs types de siestes, que l'on différencie essentiellement en fonction de leur durée. Des scientifiques se sont penchés sur le sujet, et ont même publié des livres pour nous permettre de nous y retrouver, Bruno Comby dans son Eloge de la sieste vante par exemple les nombreux mérites de la micro-sieste, d'une durée de moins de 5 minutes. La sieste-éclair est également possible, d'une durée comprise entre 10 et 30 minutes, elle est adaptée à la physiologie humaine et permet de récupérer pour le reste de la journée. Mais attention danger, la sieste d'une heure ou plus, dite sieste royale, n'est pas sans inconvénient: si la phase de sommeil profond est atteinte, il faudra plus de temps pour vous réveiller et votre vigilance dans l'heure qui suivra risque de s'en ressentir.

Les bienfaits de la sieste



C'est ce à quoi l'on pense en premier, la sieste est le moyen idéal pour contrer les effets néfastes d'un manque de sommeil: mauvaise nuit, coucher trop tardif, réveil sur le chapeau de roues et vous voilà plongé en situation de fatigue chronique. Elle permet donc de récupérer de l'énergie, de diminuer le stress, de récupérer des facultés de concentration maximales et une réactivité sans faille. En utilisant un oreiller en sarrasin pour la sieste on peut accentuer ses effets bénéfiques. Au delà de l'effet à court terme, la pratique régulière de la sieste permet également l'amélioration du fonctionnement du système cardiovasculaire et une diminution des maladies y étant liées. Par ailleurs, les personnes âgées ayant tendance dormir moins la nuit, une sieste longue leur permet de rattrapper les heures de sommeil perdues.

Conclusion





Le manque de sommeil est à l'origine de nombreux effets néfastes sur la santé, comme la perte des facultés de concentration, le vieillissement prématuré de la peau, le risque accru de maladies diverses et la mortalité plus élevée. Il est donc aisé d'en conclure que la pratique de la sieste est bénéfique, ne serait-ce que pour permettre de les contrer. Elle peut également augmenter la productivité au travail parce qu'elle permet de maximiser la mémoire, la concentration, et de favoriser une diminution du stress, à la fois dans un cadre professionnel et personnel. On peut remarquer cependant qu'elle est déconseillée aux insomniaques chroniques, aux hypertendus et aux personnes en surpoids, qui sont plus souvent sujets à l'apnée du sommeil, et, dans nos contrées, conserver, bien souvent à tort, mauvaise réputation.





N'oubliez pas

Avoir une bonne literie

La literie ce n'est pas seulement le matelas mais aussi, et surtout, l'oreiller.

La pensée positive

Pour mettre toutes les chances de votre côté de bien dormir, chassez les pensées négatives.

La relaxation, appaisante au coucher

Faire des exercices de respiration guidée, ou des mouvements relaxants aide à mieux dormir.

L'alimentation

Une alimentation saine et équilibrée en minéraux est le gage d'un bon sommeil.

Une alimentation qui préserve la santé c'est...

  • Supprimer les produits industriels, riches en sucre, sel, et additifs toxiques
  • Prvilégier les légumes, notamment les verts à feuilles, très riches en minéraux et vitamines.
  • Diminuer les aliments contenant du gluten, présent dans tous les produits à base de blé.